Mini croisière sur le Guadalquivir

Le Guadalquivir à Séville, c’est un peu comme la Seine à Paris : il y des bateaux mouches ! Mais à bien y regarder, il y tout de même un peu moins de choses à voir que sur notre fleuve national. C’est certainement une des balades que nous avons le moins appréciées à Séville. C’est sympa, mais sans plus. Les Sévillans sont nombreux à faire du Kayak sur le fleuve. La Tour de l’Or (Torre del Oro en espagnol) est une tour d’observation militaire. Elle fut construite au début du xiiie siècle, durant la domination almohade, afin de contrôler l’accès à la ville depuis le Guadalquivir. Son nom viendrait du fait que l’or ramené de l’Amérique au xvie siècle lors de la Courses aux Indes y aurait été conservé. Le Restaurant « Rio Grande » où nous avons diné 2 soirs. Excellent … la suite…

Plaza de España – Séville

La place d’Espagne est une des plus belles places de Séville. Elle vaut le détour et mérite que l’on y consacre quelques heures à l’occasion d’une visite de la belle andalouse. Sa construction a débuté en 1914 pour l’Exposition ibéro-américaine de 1929 par l’architecte local Animal Gonzalez. Pour la terminer, il aura fallu attendre 14 ans ! Elle se trouve au nord-est du parc de María Luisa  et couvre une surface de 50 000 m2, dont 19 000 m2 pour le palais et 31 000 m2 pour la place elle-même et les canaux. Ces derniers ont une longueur totale de 515 mètres. La place forme un demi ovale dont le plus long diamètre mesure 200 m. Symbolisant, l’Espagne accueillant à bras ouverts ses anciennes colonies, elle regarde dans la direction du Guadalquivir, ce dernier représentant le chemin vers l’océan Atlantique et l’Amérique. Chemin … la suite…

Séville la nuit

La journée se termine tranquillement, après un petit restaurant nous effectuons une promenade sur les quais du canal du Guadalquivir. La température est enfin retombée, nous nous rafraichissons avec l’arrivée bienvenue de la nuit. Nous n’avons ressenti aucun sentiment d’insécurité, ce que l’on peut parfois craindre dans une grande ville. Séville ne présente aucun risque, même de nuit.  

Le champignon

A force de déambuler, et sur les indications d’un habitant de Séville croisé dans la rue, nous arrivons devant le « Champignon ». Le Metropol Parasol est une structure de bois de 150 sur 75 m, d’une hauteur de 28 m, soutenue par six piliers. Le projet, présenté par l’architecte berlinois Jürgen Mayer, gagna le concours lancé par la municipalité pour la réhabilitation de la place. Sa forme lui vaut populairement le surnom de Setas de la Encarnación (Champignons de la place de la Encarnación). Les travaux débutèrent en 2005, pour un coût estimé de 33 millions d’euros. Après de nombreuses difficultés techniques et financières, elle put être inaugurée en mars 2011. Son coût (le triple du devis), les problèmes techniques majeurs rencontrés, son emplacement et son aspect soulevèrent une importante polémique durant sa construction. Au sol, déambuler sous ses lamelles est très … la suite…

Premiers contacts avec Séville

Les bagages sont déposés très rapidement à l’hôtel. Nous pouvons d’ailleurs le recommander pour qui souhaite visiter Séville. Il s’agit de l’Hôtel Monte Carmelo situé au numéro 7 de la Calle Virgen de La Victoria. Il est dans un quartier très peu bruyant la nuit, les chambres sont spacieuses et le personnel prévenant. Le petit déjeuner buffet est magnifique de fraicheur et de diversité en choix. Armés de nos seules chaussures de marche, d’un gps pour enregistrer notre trace et de quelques boitiers photos, nous nous lançons à la découverte du coeur historique. Séville est partagé en deux par le canal du Guadalquivir. Les ponts sont nombreux pour le franchir. Il est très facile d’embarquer à bord de ce qui correspond à nos bateaux mouche parisiens sur la Seine. Mais nous y reviendrons un peu plus tard, car nous effectuerons un … la suite…

En route pour Séville

L’arrière saison est magnifique en Espagne : moins de touristes et beaucoup de belles lumières. Ajouter à cela les prix compétitifs de certaines compagnies aérienne, il ne nous en fallait pas plus pour nous échapper vers la belle Séville au départ de Bordeaux. Le vol est cout, par contre l’attente au départ de Mérignac un peu plus longue que prévue. L’avion effectuant la rotation est parti en retard de Séville. Nous avons donc patienté 2 heures dans l’aérogare. Le temps pour moi de faire quelques images avec ce tout petit boitier Sony RX100 très pratique dans ce genre de situation. Et enfin, nous embarquons ! A peine le temps de survoler les Pyrénées, et nous voilà en vue des environs de Séville. Ce qui frappe à l’arrivée par les airs est l’impression de sécheresse qui entoure la ville. Puis les premiers … la suite…