08 – Le Kraton de Yogyakarta

11:53 – Vendredi 19 juil. 2013 – Le Kraton – Territoire spécial de Yogyakarta – Indonésie – Alt. 145m.

Véritable ville dans la ville, le kraton est le centre spirituel et royal de Yogyakarta. Protégées derrière une enceinte carrée d’un kilomètre de coté, de 3 mètres de haut et de 4 mètres d’épaisseur se cachent de vastes places, cours, quartiers d’habitation des serviteurs de la cour et de la famille royale. On y trouve le palais du sultan et ses cours successives aux élégants pavillons.
Une fois passée l’agitation des ruelles incluses dans la première enceinte, le silence et la sérénité règnent, seulement troublés par la digne présence des serviteurs du palais. Ils ne sont pas là pour garder le palais, mais pour l’entretenir, balayer lentement le sable des cours.
Bâti entre 1755 et 1756 par le Sultan Hamengku Buwono I, le plan du kraton suit scrupuleusement les préceptes de la cosmologie indo-javanaise.
Dans les pavillons ou « bangsal » le teck est à l’honneur, on y a sculpté les balcons et les pilotis des pavillons, les sols sont recouverts de dalles de marbre, et seules quelques grandes jarres et dorures retiennent les regards…
Le palais est ainsi construit selon deux axes :

  • l’axe est-ouest – axe du privé et du sacré
  • l’axe nord-sud – axe de l’officiel et du cérémoniel.

Ainsi le pavillon que l’on trouve dans la cour principale ou « pendopo » (hall d’audience du sultan couvert d’un vaste toit) représente le Merapi, la montagne sacrée. Autour de ce point culminant symbolique une multitude de cours tapissées de sable noir provenant des plages du mer du sud et occupées par divers pavillons représentent les différentes îles de l’archipel et la mer qui les entoure. Chacune de ces cours respecte l’axe symbolique reliant le mont Merapi, le kraton et les mers du sud, ainsi chaque enceinte de cours est percée au nord par une porte tournée vers le volcan Merapi domaine divin, tandis que la porte sud s’ouvre en direction de la mer domaine de Nyai Loro Kidul.

Malheureusement, la guide locale (imposée par l’état vietnamien ) parlait un français déplorable ! Nous n’avons absolument rien compris à par quelques mots deci delà.

Bienvenue au Kraton de Yogyakarta !
Lecture de textes sacrés.
Zen version Indonésie.
Red forever !
Un gardien qui ne fatigue jamais…
Gros couteau local : le Kriss.
Cour intérieure du palais.
Pas facile de s’assoir avec un tel couteau.
L’entrée du Palais de verre.
Face à notre guide locale qui parlait vraiment très mal le français : on ne comprenait pas un mot !
Sous le toit central du palais de verre.
Détail de balustrade.
Joueur de ?

Laisser un commentaire