Focus Stacking Fuji GFX 50s

Fuji vient d’implémenter le Focus Stacking dans la dernière montée de version du GFX 50s. La version 3.0 à télécharger dans le boitier permet d’effectuer un bracketing d’autofocus. Tout comme le propose le Nikon D850 depuis quelques mois maintenant. De là à dire que Fuji ne voulait pas être à la traine sur son boitier de 50 millions de pixels…
Après avoir mis à jour mon boitier, je me suis organisé un petit test de cette nouvelle fonction. Oui, mais voilà, il y a beaucoup trop de vent ce jour pour travailler sur des séries de 30 images !
C’est donc mon thermomètre de BBQ qui a fait les frais de l’expérience succincte du jour.

Dans toutes les photos suivantes :

  • Celle de droite est le témoin, réalisé sur une seule image avec une mise au point centrale.
  • Celle de gauche résulte de l’empilement de 30 images prises à 1 seconde d’intervalle, avec un pas de variation de « 5 ».

Vous constaterez que le résultat est bon une fois assemblé par Zerene Stacker, un logiciel dédié au Focus Staking.
Donc, ça marche !

 

COMP0
Comparaison sous Lightroom – image témoin à droite, assemblage par Zerene Stacker à gauche.
COMPCentre
Comparaison au centre de l’image
COMPGauche
Comparaison à gauche de l’image
COMPDroite
Comparaison à droite de l’image
COMPHaut
Comparaison en haut d’image

 

Par contre, le menu Fuji n’est pas idéal :

  • Il permet de régler jusqu’à 999 images (sachant qu’un fichier Tiff de GFX 50s fait au bas mot 350 Mo, on se calme vite à moins d’avoir un ordinateur body buildé…)
  • de régler l’intervalle de prise de vue (Rafale, 1 secondes, 2 secondes, etc.)
  • Et d’indiquer un pas de décalage de focus. Mais rien ne précise la valeur en milimetres de ce pas. Il s’agit juste d’un chiffre de 1 à 10. Il faut donc expérimenter en tâtonnant pour trouver le bon écart de mise au point en fonction du nombre d’images demandées.
  • Le décalage de focus commence à partir du collimateur de mise au point initial, pour s’éloigner du boitier progressivement. Il faut donc bien choisir sa première mise au point (le décalage de focus n’encadre pas ce point, mais s’en éloigne dans une seule direction).

Une fois que la météo s’y prêtera, et que les petites bêtes seront prêtes à prendre la pose sans bouger, on approfondira ce test rapide sur des sujets plus vivants. Les amoureux de montres vont pouvoir faire des photos très nettes avec ce type de fonctions directement disponibles dans des boitiers tels le Nikon D850 ou le Fuji GFX 50s.
A suivre donc.

Sans titre

 

 

4 réflexions au sujet de “Focus Stacking Fuji GFX 50s

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :